La Nuit des Veilleurs 2017 à Libourne s’est tenue le vendredi 30 juin dans un contexte différent des années précédentes.

 

Tout d’abord, notre présence au marché le matin nous a permis de rencontrer les habitants courageux qui bravaient la pluie et le vent et qui  ont signé plus de soixante cartes demandant au président de la République de Djibouti de libérer Mohamed Abba dit « Jabba », emprisonné arbitrairement depuis 2010.

 

Notre équipe a été associée à un évènement œcuménique nouveau : la Nuit de la Bible prévue de 16h à 22h.

 

Malheureusement, le mauvais temps a entraîné l’annulation de cette manifestation. Nous avons souhaité maintenir ce temps unique et important où nos communautés prient pour les victimes, avec nous ou en communion de prière dans leurs mouvements de spiritualité.

 

Nous avons bénéficié du cadre de la très belle Chapelle Royale Notre Dame de Condat, restaurée depuis 2012 grâce au grand dynamisme des paroissiens.

 

Nul doute que les très nombreux pêcheurs et autres  humbles croyants du Moyen Age qui la fréquentèrent ont contribué à la communion profonde de cette veillée.

 

Quinze personnes ont rejoint les membres du groupe  local, arrivant souvent de loin (20 kms pour certains), souvent fidèles à notre veillée ou nouveaux.

 

La musique d’Hervé et les chants animés par Philippe nous ont porté et soutenu dans nos demandes pour ces amis proches ou lointains, certains décédés, d’autres torturés ou tenus au secret, sans preuve de vie récente.

 

Oui, l’espérance malgré tout, thème international des veillées cette année, était présente et vibrante.

 

Les cartes à destination de ceux qui ont encore une adresse (prison, comité de soutien, famille) vont leur être transmises et seront le signe de notre foi et de notre espérance en un monde de justice et de paix.

 

 

 

Le matin du 30 juin sur le marché de Libourne.

Quelques photos de la nuit des veilleurs

dans la chapelle de Condat

 

Le 26 juin, nuit de prière où les chrétiens rassemblés cette nuit réaffirment ainsi la nécessité de s’opposer sans condition à la torture. Ils se rassemblent  lors d’évènements organisés près de chez eux.

 

Le 26 juin, nuit de prière contre la torture

 

Depuis 12 ans, chaque 26 juin, des milliers de chrétiens en France et de par le monde s’unissent dans une veillée de prière en soutien aux victimes de torture. Le 26 juin, les chrétiens sont appelés par l’ACAT à veiller lors d’évènements organisés près de chez eux : nuits de prière, veillées de feu, célébrations œcuméniques, concerts, processions et marches aux lanternes Depuis 2005, les participants de la Nuit des Veilleurs ont soutenu plus de 150 victimes. La Nuit des veilleurs porte chaque année un thème. Celui de cette année est :

 

« L’espérance…malgré tout ? »Par la prière, les participants de la Nuit des Veilleurs apportent l’espérance de la foi. Ils apportent aussi un soutien direct aux victimes. L’ACAT propose aux participants de porter par la prière et d’envoyer des messages de soutien à dix victimes de la torture. Que ce soit au Mexique, en Palestine ou à Djibouti, ces personnes ont été battues, torturées, emprisonnées, pour leur engagement en faveur des droits de l’homme, pour leur engagement politique ou pour avoir protégé les plus pauvres.

Parmi eux, Mohamed Ahmed, militant politique djiboutien, arrêté en 2010 et torturé à plusieurs reprises. Sa peine de prison a été annulée en octobre 2016 mais il reste détenu. Au Mexique, Francisco de Jesus Espinosa Hidalgo, un paysan indigène engagé contre l’implantation de mégaprojets de développement, a été frappé et soumis à des décharges électriques. Depuis, il est en détention préventive. Les chrétiens rassemblés cette nuit réaffirment ainsi la nécessité de s’opposer sans condition à la torture : « La foi chrétienne ne peut en aucun cas composer avec la torture. En cette Nuit des Veilleurs, nous proposons de substituer l’instrumentalisation de l’autre, qui motive l’action des bourreaux, par la prière, la méditation et la communion avec les victimes de la torture » explique Gabriel Nissim, président de l’ACAT.

 

Réunion ACAT du 10 Avril 2017

11 -  Compte rendu de l’AG à Bussang par Edmond

 

Nous avons écouté Edmond rendre compte de ce qui s’était passé à l'Assemblée Générale de l'ACAT France, à Bussang, le 1er et 02 Avril 2017,

 

·         ACAT comprend un réseau actif de 39 000 membres, 23 salariés. Elle a soutenu 380 personnes en 42 pays.

 

·         Elle a sensibilisé l'opinion publique à l'accueil des migrants, réfugiés et demandeurs d'asile.

 

·         2016 a été une année de drames épouvantables, qui ont démontré l'incompétence des pouvoirs publics internationaux a gérer la crise migratoire.

 

·         Que faire en ACAT : prier et témoigner « J'étais étranger et vous m'avez accueilli »

 

Extrait du rapport moral du Président, Gabriel Nissim

 

« Cette année 2016-2017 a été une année belle et riche pour l’ACAT, comme l’illustre notre Rapport d’Activités. C’est le résultat de l’engagement de tout l’ensemble de la communauté que nous formons : grâce à votre fidélité à chacun, nous avons, cette année encore, rempli la mission qui nous est confiée. Non seulement par nos actions, mais par notre engagement permanent : notre société, nos Églises, ont besoin que nous soyons là, durablement, pour témoigner tangiblement qu’il est urgent de nous faire proches – de nous faire le prochain – des personnes qui sont victimes de la torture, de la violence, proches de ceux qui viennent nous demander l’asile pour pouvoir retrouver le goût de vivre. Cette fraternité agissante est décisive pour aider notre société à résister au climat délétère où beaucoup veulent limiter leur solidarité, leur humanité, au cercle étroit de leurs plus proches.

 

Heureusement, en France, ce printemps voit fleurir de multiples initiatives de la société civile, de nombreuses interpellations aux candidats aux élections : nous ne sommes pas les seuls à nous mobiliser, loin de là, et nous nous retrouvons au coude à coude avec beaucoup, dans nos Eglises et dans la société.

 

 

 

2-       Formation à Marmande le 20 mai : le thème sera « sensibiliser au scandale de la torture » - Information et précisions sur l’organisation.

 

3-      Préparation de  la nuit des Veilleurs du 30 juin au temple.

 

Edmond doit contacter Catherine Louvet, pasteur de Libourne, pour savoir si c’est possible.

 

Le projet de faire de cette journée du 30 juin une journée conviviale en organisant :

 

-          Une action au marché de Libourne dans la matinée (signature d’Appels du Mois et discussion avec les personnes)

 

 -   Un déjeuner (pique-nique au parc de l’Epinette)

 

-          Se rassembler pour la Nuit des Veilleurs au temple, avec nous l’espérons, Claire Blondel et Hervé Josselin à l’orgue.

 

 

 

La prochaine réunion aura lieu le 20 mai à 20h00 à la salle paroissiale St Jean.

 

 

Extrait du rapport moral lu par le Président de l'ACAT lors de l'AG à Bussang le 1er avril 2017

La fraternité, telle sera ma conclusion.

La torture a existé à beaucoup d’époques et dans beaucoup d’endroits, et cela continuera, hélas, il ne faut pas se faire d’illusion. Comme aussi, venant de la même source, la tentation de s’enfermer dans le cercle étroit des « miens » : moi, c’est moi, et toi, tais-toi, moi chez moi et toi chez toi… C’est là quelque chose de beaucoup plus profondément enraciné dans notre humanité que nous  ne l’aurions supposé, et toujours prêt à resurgir à la première occasion. La mondialisation actuelle en est une telle occasion, nous pouvons le constater.

 

Seuls alors une action, un engagement de longue durée en faveur de la fraternité universelle, du respect profond de l’autre, même s’il est différent de moi, seront à même de changer les choses durablement pour l’abolition de la torture, de la peine de mort, pour l’accueil des demandeurs d’asile.

 

Nous sommes tous frères. Mais, là comme ailleurs, en matière d’humanité, nous avons à devenir ce que nous sommes – devenir ce que notre Père à tous engendre en chacun de nous par son Esprit d’amour.

 


Gabriel Nissim, président de l’ACAT-France

 

Par ce lien (http://www.acatfrance.fr/action/je-soutiens-luaty-beirao) vous pouvez signer la pétition de janvier (musicien angolais) de l'ACAT ?
C'est une exercice obligatoire pour toute association que de faire une AG chaque année
Comme nous ne l'avons pas fait en 2016, je propose la date de notre prochaine réunion du 09 janvier 2017.
De plus,  le décès de notre amie(et trésorière) de l'ACAT Libourne en octobre, nous oblige à désigner un nouveau bureau.
Nous allons donc profiter de cette prochaine réunion  pour accomplir cet acte administratif mais aussi pour compter nos forces vives, les adhérents !
 
Si vous connaissez des amis de l'ACAT ou des adhérents isolés qui ne sont pas dans notre fichier, n'hésitez pas à leur transmettre cette convocation.

NOUVELLES DE L’ACAT en LIBOURNAIS

 

 

 

Le prochain  rassemblement régional aura lieu les 05 et 06 novembre à Ste Foy la Grande où le groupe local nous accueillera

 

Le thème retenu sera :

 

« Les droits de l’enfant…Qu’en est-il ?... Sont-ils respectés par les États »

 

 Pauline Cabirol, salariée de l’ACAT Paris où elle est responsable  du Pôle Animation et chargée de la vie associative, interviendra également en tant que Bénévole à l’Association Initiatives et Changement

 

(http://fr.iofc.org/decouvrir-ic-france) dans le pôle Enfance et Jeunesse développant notamment un programme intitulé « Éducation à la Paix ».

 

 

Pendant ce rassemblement aura lieu le renouvellement de L’équipe d’Animation Régionale (EAR) qui ne comportera plus que 7 membres suite à la fin de mandat (les statuts prévoient jusqu’à 15 membres).

 

Nous faisons appel à candidatures dès maintenant.

 

 

Bonnes nouvelles :

 

Libération conditionnelle du rappeur congolais Luaty Beirao, dit « Ikonoklasta », et ses camarades, condamnés pour leurs idées.

 

Luaty Beirao et ses camarades sont libres depuis mercredi 29 juin 2016. Ils sont assignés à résidence le temps que la requête en habeas corpus devant la Cour constitutionnelle soit examinée et que sa décision soit rendue. Il s'agit d'une première victoire en vue de leur libération définitive et de l'abandon des charges et des peines retenues contre eux

 

Le 30 juin, plusieurs d’entre eux ont quitté librement l’hôpital pénitentiaire de Sao Paulo, à Luanda, afin de rejoindre leurs domiciles. Alors qu'ils marchaient dans les rues de la capitale angolaises, ils ont scandé : « La lecture n’est pas un crime ».

 

L’ACAT appelle à ce que la requête en habeas corpus formée devant la Cour constitutionnelle soit rapidement examinée et ce de manière indépendante et impartiale. « Le droit doit enfin être dit et appliqué dans cette affaire trop longtemps politisée par le régime en place » indique Clément Boursin, Responsable Afrique à l’ACAT.

 

Luaty Beirao  a écrit :

 

« C’est beau de voir cette solidarité en France, pays qui m’a accueilli pendant quatre ans et dont je garde de très beaux souvenirs. Cela fait du bien de se rendre compte que nos actions ciblées à un niveau local finissent par avoir une répercussion globale Merci pour cette mobilisation »

 

 

Étant donné le décès de notre fille le 25 juin le jour de la Nuit des Veilleurs et donc notre absence à cette veillée, nous ne connaissons pas, à la date où j’écris cet article pour le Moissonneur, le jour de la prochaine réunion du groupe ACAT de Libourne en septembre.

 

 

St André de Cubzac 09 août 2016

 

Edmond et Françoise Fruhinsholz

 

 

Message ACAT Dimanche 31janvier 2016

 

 

 

Textes lus juste avant :

 

Genèse 3, 8 - 10

 

Luc 10, 25 – 37

 

Chers sœurs et frères en Jésus-Christ,

 

 Martin Buber, philosophe et mystique juif, raconte cette histoire:

 

"Dénoncé calomnieusement aux autorités, Rabbi Shnéour Zalman, le Rav de Russie, avait été incarcéré à Saint-Pétersbourg et attendait sa comparution devant le tribunal, lorsqu'un jour le capitaine de la gendarmerie pénétra dans sa cellule. Devant la face puissante et immobile du Rav qui, absorbé en lui-même, ne le remarqua pas tout de suite, cet homme devint pensif et devina quelle était la qualité de son prisonnier. Il entra en conversation avec lui, ne tardant pas à mettre sur le tapis toutes sortes de questions qu'il s’était posées en lisant l'Écriture. Finalement, il demanda: "Que Dieu l'Omniscient dise à Adam: "Où es-tu?, comment faut-il l'entendre?" Croyez-vous de foi, répondit le Rav, que l'Écriture soit éternelle et qu'elle embrasse tous les temps, toutes les générations et tous les individus?" "Je le crois", dit-il. Eh bien, reprit le Tsaddik, en tout temps Dieu interpelle chaque homme: "Où es-tu dans ton monde? De ceux qui te sont départis, tant de jours ont passé et tant d'années, jusqu'où es-tu arrivé dans ton monde" Dieu dit par exemple; "Voilà quarante-six ans que tu es en vie, où séjournes-tu?"

 

En entendant citer le chiffre exact de son âge, le capitaine se maîtrisa, posa la main sur l'épaule du Rav et s'écria "Bravo!", mais le cœur lui battait.

 

La Bible fourmille de questions qui nous sont posées. Des questions fondamentales, vitales. Des questions qui nous interpellent, dérangent, bouleversent et touchent au plus profond de notre être.

 

Chaque femme et chaque homme les rencontrent tôt ou tard, pour autant qu'en notre cœur veille une conscience et une voix qui nous interrogent:

 

"Où en es-tu dans ta vie, sur ton chemin?". Pour les croyants, cette conscience et cette voix ne sont-elles pas la présence du Seigneur en nous?

 

Une présence invisible qui fait brûler notre cœur, comme la présence du Christ ressuscité a fait jadis brûler le cœur des disciples d'Emmaüs tandis qu'il leur parlait des Écritures.

 

Chaque fois que nous faisons silence pour nous recueillir en nous-mêmes, pour méditer et prier, nous reprenons pleinement conscience que nous sommes habités par la présence divine. Elle nous interroge et nous dérange parfois, mais elle nous porte aussi, et renouvelle nos forces avec puissance, lorsque nous-mêmes ou nos proches traversons l'épreuve, la maladie, le deuil, le découragement, la tentation.

 

Le travail de l'ACAT repose sur deux piliers indissociables et indispensables: la prière et l'engagement. La prière porte et nourrit l'engagement et celui-ci agit et témoigne de la force de la prière. Comme l’exprime si bien le site Internet de l’ACAT : "la prière n'est ni alibi ni passivité, mais la reconnaissance de la pauvreté de l'impuissance humaine. Elle soutient à distance les torturés en les englobant dans l'immense prière universelle. Cette prière de supplication et d'intercession pour les torturés de tous les régimes prend en compte les tortionnaires, victimes eux aussi de systèmes monstrueux qui les déshumanisent. Parce qu'elle exclut la haine, cette prière fait barrage à la spirale de la vengeance."

 

 

L'un des ateliers de votre Vivr'ACAT se demandait si la non-violence pourrait être une solution pour l'ACAT. En fait, il me semble que l'ACAT la pratique depuis toujours. Comment? En excluant la haine de qui que ce soit et en priant à la fois pour les victimes de la torture et leurs tortionnaires et bourreaux. En s'adressant à la conscience des chefs d'États, de gouvernements et aux ministres des pays qui pratiquent ou tolèrent la torture et la peine de mort. En se concentrant sur la situation de personnes précises, pour que la justice et le droit soient respectés pour elles en particulier. En insistant et persévérant autant qu'il le faut. Comme le fait la veuve dans la parabole du juge injuste racontée par Jésus dans l'Évangile de Luc (ne pas lire 18, 1 - 8). Elle ne cesse de l'importuner et de lui réclamer justice jusqu'à ce qu'il cède, de guerre lasse. Pas davantage que la prière, la non-violence active n'est ni passivité, ni encore moins lâcheté.

 

Elle passe par un chemin de confiance, de courage et d'humilité. Sur ce chemin, nous découvrons parfois que le prochain n'est pas seulement la personne que je suis appelé à aimer, mais aussi celle qui vient à mon secours, alors que je la supposais être hostile et infréquentable. C'est la surprise que réserve la fin de la parabole du bon Samaritain, qui a été lue tout à l'heure (LIRE Luc10, 36-37 : « Lequel de ces trois te semble avoir été le prochain de celui qui était tombé au milieu des brigands ? C’est celui qui a exercé la miséricorde envers lui, répondit le docteur de la Loi. Et Jésus lui dit : Va, et toi, fais de même. »).

 

 La non-violence active combat l'injustice en attaquant les consciences. Les personnes qui la pratiquent sont convaincues que même le pire des criminels possède une conscience. Celle-ci peut être ébranlée, et lui-même peut être transformé. La non-violence active vise à nous exercer à accepter et à traverser notre propre violence, pour qu'elle soit transformée en énergie positive. Elle peut alors devenir un levier puissant de changement collectif grâce aux changements à l’œuvre en chacune et chacun de nous.

 

Et lorsque la non-violence active s'enracine dans le message du Christ, elle s'appelle non-violence évangélique.

 

Dans ces temps troublés où la violence des injustices, de la pauvreté et des désordres établis fait rage, et renforce des contre-violences, faire barrage à la spirale de la vengeance peut sembler une tâche impossible. Impossible aux hommes, peut-être. Impossible à Dieu? …

 

Croire en Dieu et en Jésus qu'il a envoyé dans le monde pour nous réconcilier avec lui-même (2 Cor 15,18) et, lorsque les temps seront accomplis, rassembler toutes choses en Christ (Eph 1,10), c'est croire que rien n'est impossible à Dieu. Je nous souhaite, à chacune et à chacun, la grâce de vivre de cette certitude et de marcher humblement avec la force que nous recevons chaque jour.

 

Ainsi soit-il

pasteur Richard Fisher

 

 

ONG chrétienne de défense des droits de l'homme depuis 1974.
Reconnue d'utilité publique

Nous plaçons chacun des quatre dimanche de l'Avent
sous le signe de la solidarité avec les militants réprimés.

Madame, Monsieur,
 
Tran Minh Nhat et Thai Van Dung sont deux jeunes militants chrétiens, libérés en août après avoir purgé une peine de quatre ans dans les geôles vietnamiennes. En détention, ils ont subi une pression constante pour signer des aveux. Sans jamais céder.
 

 

« Je ne suis pas coupable, personne ne peut me forcer à signer des aveux », a dit Minh Nhat.

 

 
Depuis sa libération Tran Minh Nhat est harcelé par la police. Il a été arrêté et tabassé à deux reprises. On lui reproche de ne pas respecter une assignation à résidence bien que cette mesure n’a pas été prononcée lors de son procès.
 

 

« Nous n’aurons jamais la civilisation ou le progrès si la société ne repose pas sur l’égalité, la justice et l’amour entre les gens » témoigne Dung.

 

En prison, Tran Minh Nhat et Thai Van Dung ont du faire des grèves de la faim, notamment pour avoir accès à des livres religieux. Au Vietnam la liberté de religion existe légalement, mais reste sous contrôle étatique.

L’ACAT soutient Tran Minh Nhat et Thai Van Dung depuis 2011. Ces deux militants sont décidés à poursuivre la défense des droits de l’homme malgré les risques. L’ACAT intervient également au Vietnam en vue de mettre fin à la peine de mort.
 
> Faites un don pour permettre à l'ACAT d'agir au Vietnam et ailleurs.
 
Avec votre aide, avec votre soutien financier, nous pouvons agir.
En 2015, l'ACAT a soutenu plus de 380 personnes dans 42 pays, sans distinction idéologique, ethnique ou religieuse.
Merci d’être à nos côtés.

 

  Monsieur le Président de la République

Palais de l’Élysée

55 rue du Faubourg Saint-honoré

75008 Paris

France

 

 

 

Monsieur le Président de la République,

À la suite d’informations communiquées par l’ACAT-France, je tiens à vous faire part de ma vive préoccupation concernant les conditions de détention administrative et le risque d’alimentation forcée des détenus palestiniens en grève de la faim y compris de Monsieur Mohammed Allan, avocat palestinien âgé de 31 ans, actuellement dans le coma.

Le 30 juillet 2015, le Parlement israélien a adopté une loi autorisant l’alimentation forcée des détenus en grève de la faim. Les Nations unies, les organisations de défense des droits de l’Homme mais aussi des organisations professionnelles de médecins ont exprimé leurs plus vives préoccupations concernant le recours à cette méthode la qualifiant de mauvais traitement et pouvant s’apparenter à une forme de torture.

Plusieurs autres détenus ont entamé une grève de la faim afin d’obtenir une amélioration de leurs conditions de détention, qui englobent la fin du placement à l'isolement, la reprise des visites des familles, la fin du régime de la détention administrative.

En conséquence, je vous demande d’engager un dialogue avec les autorités israéliennes afin de :

        Demander la suspension de l’exécution de toute mesure visant l’alimentation forcée de prisonniers et l’abrogation de la loi sur l’alimentation forcée ;

        Demander l’amélioration des conditions de détention des prisonniers palestiniens de manière générale et des Palestiniens en détention administrative en particulier ;

        Demander la libération ou le jugement en suivant des procédures qui respectent les droits fondamentaux y compris les conditions de procès équitable ;

        Demander la fin de la détention administrative.

 

Dans cette attente, je vous prie de croire, Monsieur le Président de la République, à l’expression de ma respectueuse considération.

L’ACAT-France est membre de la Fédération internationale de l'Action des chrétiens pour l'abolition de la torture (FIACAT) ayant statut consultatif auprès des Nations unies


Rapport de l'ACAT sur la torture dans les territoires palestiniens à télécharger.




Une veillée mondiale de prière


L’ACAT (Action des Chrétiens pour l’Abolition de la Torture) appelle les chrétiens de tous les continents à devenir veilleurs en portant dans la prière ceux qui sont entre les mains des bourreaux.
« Qu’est-ce que l’homme pour que tu penses à lui ?»Psaume 8 verset 5 :
venez agir en priant pour les victimes de la torture, en communion avec ceux qui
appellent au secours et croient en l’espérance !


A Libourne, une veillée aura lieu le
Samedi 27 juin de 20 heures à 23 heures au Temple de l’Eglise Protestante Unie de France, place de la Croix Rouge.


Contact: C. Roulleaux Dugage 06.24.25.22.08


Rejoignez la chaîne de prières : www.nuitdesveilleurs.com


Réunions de l'ACAT

- le samedi 20 décembre 2014 EAR de l’ACAT au temple à 16h00.

- le jeudi 15 janvier 2015 réunion de l'ACAT au temple à 20h30.

- le jeudi 12 mars 2015 réunion de l'ACAT au temple à 20h30.

- le vendredi 13 mars 2015 EAR de l’ACAT au temple à 14h30.

 

40 ANS au service de la dignité humaine

« Il faut que les chrétiens réagissent à la torture, en quelque lieu que ce soit, et qu’ils réagissent en-semble. » Edith du Tertre et Hélène Engel, fondatrices de l’ACAT

 

Sœurs d’espérance ô femmes courageuses

Contre la mort vous avez fait un pacte

Celui d’unir les vertus de l’amour

Ô mes sœurs survivantes

Vous jouez votre vie

Pour que la vie triomphe

Le jour est proche ô mes sœurs de grandeur

Ou nous rirons des mots guerre et misère

Rien ne tiendra de ce qui fut douleur

Chaque visage aura droit aux caresses

Paul Eluard

 

« Il y a 40 ans Edith du Tertre et Hélène Engel ont créé les moyens grâce auxquels l’espérance du Royaume incarné en la personne de Jésus Christ, a pu s’inscrire dans l’histoire humaine. Elles ont contribué à changer la vie des victimes de la torture, celles des prisonniers, celle des militants, mais aussi celle des bourreaux, ou encore celle des instituons internationales. S’il reste beaucoup à faire, c’est dire combien l’utopie d’un monde sans torture a déjà porté des fruits. Puisse son dynamisme déjà fécond continue de dynamiser l’ACAT. »

Pierre Toulat, prêtre du diocèse de Poitiers, Vice-président catholique de l’ACAT en 1974

François Picart, prêtre de l’Oratoire, président de l’ACAT

 

Rejoignez- nous le 11 octobre à Bordeaux pour ces 40 ans de l’ACAT

 

NUIT DES VEILLEURS - EGLISE DE L’EPINETTE - 28 JUIN 2014

Nous nous sommes retrouvés 25 personnes et le père Schirck pour prier sur le thème des Béatitudes dans Matthieu 5, 1-12 : « Heureux les assoiffés de justice ».

Cette béatitude est la 8ème et la dernière ; elle est comme doublée, par rapport aux autres puisque, après avoir parlé de « ceux qui sont persécutés… » C’est la seule fois où Jésus s’adresse à ses disciples par une interpellation directe « Heureux êtes-vous, si l’on vous persécute… »

 

Il s’agit d’une persécution à cause de la Justice.

 

Qu’ils soient chrétiens ou non, c’est bien ce que vivent les victimes de la torture et en particulier les défenseurs des droits de l’homme à travers le monde.

 

Ils sont persécutés pour la justice.

 

Ils sont capables de dire « non pas ça », quitte à y risquer leur peau.

 

Ainsi nous avons lu chacun notre tour, devant la photo de chaque personne persécutée, l’histoire de sa vie, de ses souffrances, son emprisonnement, en précisant comment les aider.

 

Je voulais les nommer :

 

Biel Boutros (Soudan sud) directeur d’une ONG de défense des droits de l’homme en exil, suite à des menaces de mort.

 

Alexandra Maria Jimenez Parra (Colombie)- détenue victime de tortures et de mauvais traitements

 

Mikhaïl Kossenko (Russie) - Internement psychiatrique forcé pour un opposant

 

Okunishi Masaru (Japon) - Dans les couloirs de la mort depuis plus de 40 ans

 

Sara Mendez Morales (Mexique) - menacée dans sa lutte contre la torture

 

Lina Jarbouni (Israël) - La plus ancienne prisonnière politique palestinienne détenue en Israël

 

Pasteur Behnam Irani (Iran) - pasteur condamné en raison de sa foi.

 

Muli Hisage (Indonésie) - en détention après avoir été torturée.

 

Amadou Bah (Guinée) – Militant politique guinéen, victime de tortures.

 

Martin Assogba (Bénin) – Défenseur des Droits de l’Homme, qui a fait l’objet d’une tentative de meurtre.

 

Le récit de ces vies était entrecoupé de Psaumes, lectures de textes du 1er et du 2ème Testament, chants, musique et prières, dont celle de la pasteure Suzanne Shell, du pasteur Michel Freychet, d’un moine de l’Eglise d’Orient, Monseigneur Jacques Jullien et du Père Guy Gilbert.

 

Hervé Josselin nous accompagnait au piano-synthétiseur.

 

Nous avons terminé vers 23h00 en prenant ensemble le verre de l’amitié et en partageant des gâteaux.

 

Une nuit mondiale de prière

L’ACAT (Action des Chrétiens pour l’Abolition de la Torture) mobilise les chrétiens de tous les continents dans plus de cinquante pays.

 

« Heureux les assoiffés de justice » Matthieu 5, 1-12 : venez agir en priant pour les victimes de la torture ; en communion avec ceux qui appellent au secours, manifestons notre espérance !

 

A Libourne, une veillée aura lieu le

 

Samedi 28 juin de 20 heures à 23 heures à l’église de l’Epinette.

 

Contact : C. Roulleaux Dugage 06.24.25.22.08

 

En savoir plus sur les dix victimes proposées cette année à nos prières : www.nuitdesveilleurs.com

 

 

Réunion ACAT du 13 mai 2014

 

Présents :

Louis Abboud - Marilou Bachmayer- Myriam Béraud - Edmond Fruhinsholz – Marie-Thérèse Couillaud, Bernard Périou Marie Hélène Noël-Trialle - Catherine Roulleaux-Dugage.

Excusés: Aude Beyney, Annette Maudous ,

Absents: Germaine Dimajo, Gilberte Guilmon, Marguerite, Mandereau, , Jean Piquenot, Jules et Denise Tison

 

Marie Thérèse a introduit la réunion par un texte du dernier courrier de l’ACAT, « Crayons de couleur » puis de l’évangile de Jean ch13 v 16à 20, lus par chacun d’entre nous.

Puis nous avons terminé en disant ensemble le NotrePère.

 

Echanges

 

1 - Rencontre avec le député de la circonscription.

JP Barlet et Catherine ont rencontré le 14 mai l’attachée parlementaire, Emilie Coutenceau, du député Florent Boudié qui n’avait pu être présent.

Il s’agissait de les sensibiliser sur la Réforme pénale qui doit être votée en juin, en leur remettant le livret « Parlementaires, mieux connaître pour mieux légiférer ».

Ceci dans le cadre de la campagne ACAT « Sanctionner autrement ».

Emilie Coutenceau s’est fait expliquer ce qu’était l’ACAT , a pris des notes et a demandé si l’association diffusait l’information sur le sujet.

Catherine lui a montré les livrets « Et si la prison n’était pas toujours la solution » que nous sommes censés distribuer autour de nous.

Nous évoquons l’idée de préparer pour la rentrée, un débat public sur le sujet, en sensibilisant nos Eglises et nos amis et connaissances.

Edmond doit interpeller Maurice Capdevielle pour savoir s’il est possible d’évoquer le sujet sur RCF.

Un message doit être envoyé à JP Barlet pour que legroupe Vigilance qu’il anime puisse nous aider dans l’animation de notre future réunion publique.

 

2 - 9 ème Nuit des Veilleurs

Elle aura lieu à l’église de l’Epinette le 28 juin à 20h00

Le thème de cette année est « Heureux les assoiffés de justice » Les Béatitudes dans Matthieu 5, 1-12.

Pour cette Nuit des Veilleurs, l’ACAT nous invite plus particulièrement à méditer les versets 6 et 10-12

Le site national est : www.nuitdesveilleurs.com

A la suite de l’expérience de la Nuit des Veilleurs2013 au temple de Libourne, il a été exprimé des longueurs trop importantes de la lecture des Psaumes.

Nous avons aussi pensé qu’il était préférable d’offrir une collation après la 1ère partie de cette Nuit (vers 22h00) afin que des personnes qui désirent partir puissent nous rencontrer autour d’une boisson.

Une trame du déroulement de la soirée a été mise enplace :

1- Chant, en fil rouge, à choisir dans ceux proposés

2- Témoignages sur les prisonniers lus par les participants.

3- Lecture de psaume et (ou) prières suivie d’un silence et (ou) moment musical

4- Lecture de l’évangile et lectures bibliques suivi d’une improvisation musicale

 

Témoignages sur les victimes

Les textes ont été répartis ainsi

 

Biel Boutros (Soudan sud) : Edmond

Mikhaïl Kossenko (Russie) : Marie Thérèse

Okunishi Masaru (Japon) : Myriam

Sara Méndez Morales (Mexique) : Marylou

Lina Jarbouni (Israël) : Marie Hélène

Pasteur Behnam Irani (Iran) : Bernard

Muli Hisage (Indonésie) : Louis

Amadou Bah (France Guinée : Catherine

Alexandra Maria Jimenez Parra (Colombie) : Françoise

Martin Assogba (Bénin) : Michel Jauzion ?

 

Marie Hélène est chargée de contacter Hervé Josselin

Edmond va demander à Claire Blondel si elle est disponible

Louis et Myriam vont demander à Francine Pérucon, joueuse de cithare, si elle accepte de venir ce soir-là.

 

Chacun est chargé de choisir un texte biblique et un psaume, de le mettre en forme et d’adresser le tout avec le témoignage à Marie Hélène avant le 26 Mai.

 

3- Fête des 40 ans de l’ACAT

Le temps de la soirée étant écoulé, nous avons simplement décidé d’offrir 300 euros à l’EAR comme participation aux frais du 11 octobre.

Cette somme correspond au don qui nous avait été fait suite à la collecte de la semaine de l’Unité en janvier.

Françoise se chargera de confectionner des chasubles ACAT pour cette fête.

Nous reparlerons à la prochaine réunion (le 04 juin) du déroulement de la journée du 11 octobre et de notre participation.

 

Questions diverses:

Les personnes qui n’ont pas versé leur adhésion (10 euros) pour 2014, sont priés de l’adresser à la trésorière, Marylou Bachmayer, 29 av des A.C. en A.F.N. 33500 Libourne.

 

Prochaines rencontres (à bien noter sur vos agendas) :

Le 04 juin à 20h00 : réunion de préparation

La nuit des Veilleurs le 28 juin à 20h00.

La fête des 40 ans de l’ACAT aura lieu à Bordeaux le 11 octobre 2014 : pensez à réserver cette date sur vos agendas

 

Fait à St André de Cubzac le 19 mai 2014

Le secrétaire : Edmond Fruhinsholz

 


Vous trouverez l'actualité des mises à jour dans la rubrique "Actualités"

Dernière mise à jour le 11 juillet 2017